Deux frères martyrs

vitrail saint donatien saint rogatienA la fin du IIIeme siècle, Nantes était une petite ville gallo-romaine assez prospère. Le paganisme romain, qui avait remplacé la mythologie gauloise, imprégnait toute la vie sociale, et constituait un obstacle important à la religion chrétienne qui commençait à se répandre dans la contrée. Les premiers chrétiens connus à Nantes sont deux frères, nommés Donatien et Rogatien.

Donatien, le plus jeune, avait reçu le baptême. Sous son influence, Rogatien fut gagné à la foi chrétienne et désirait, lui aussi, être baptisé. Mais voici que survient la persécution. Les deux frères furent dénoncés, arrêtés, traduits devant le juge et condamnés à mort. Ils reçurent le martyre en 289 ou 304, selon les historiens, à l’endroit marqué par deux croix (rue Dufour). Leurs corps furent inhumés un peu plus loin dans la propriété familiale. L’emplacement exact est signalé par une plaque de marbre dans la crypte.

En 313, l’empereur Cons-tantin accordait la paix religieuse. Le corps des deux frères martyrs furent levés et placés dans un grand sarcophage en marbre. Conservé à travers les siècles, il se trouve dans l’église, où il occupe une place d’honneur. La tombe des deux frères martyrs devint un lieu de culte et de pèlerinage, dont la charge fut confiée à des religieux. C’est l’origine de la paroisse Saint-Donatien.

Des églises successives

Plus tard, vers 490, l’évêque de Nantes Carmundus fit construire une église en leur honneur. Elle mesurait 30 mètres sur 10 mètres. Détruite lors des invasions normandes, elle fut reconstruite vers 980. Vendue, puis détruite en partie pendant la Révolution, elle fut de nouveau reconstruite à partir de 1804, plus grande, et consacrée en 1806. La paroisse, très vaste, s’étendait jusqu’à Carquefou. Comme la population augmentait sans cesse, on songeait à construire une autre église, plus grande et plus belle, quand survint la guerre de 1870. L’ennemi s’avançait vers l’ouest.

Devant le péril, l’évêque de Nantes, Monseigneur Four-nier, prononça un vœu solennel, le 19 janvier 1871. Il promettait de faire recons-truire un temple magnifique en l’honneur des saints martyrs Donatien et Rogatien si Nantes était préservé de l’invasion. Quelques jours plus tard,  la guerre pris fin et le nouveau curé, Monsieur Hillereau, entreprit la construction de l’église votive, dont l’architecte E. Perrin avait dressé les plans.

Basilique Saint DonatienLa basilique votive

Monsieur Hillereau fonda une Collégiale, groupe de prêtres vivant en communauté et récitant ensemble l’office divin. La construction devait durer de longues années. Elle ne sera achevée qu’au début du 20ème siècle. Un décret de Rome du 14 mars 1889 confirma à cette nouvelle église le titre de « Basilique des saints martyrs Donatien et Rogatien». Elle fut consacrée le 19 octobre 1889, avant d’être achevée.